L'école , je l'ai fréquentée pendant de longues années des deux côtés de "la barrière" , comme on dit . Mais quand j'ai entamé ma carrière d'instituteur   les souvenirs , pourtant déjà chronologiquement lointains , de l'école primaire ont subitement repris une place importante . C'était en somme comme s'il n'y avait pas , s'il n'y avait plus, cette "barrière" évoquée plus haut .Le petit élève timide et consciencieux devait désormais céder la place à l'enseignant débutant , heureusement moins timide, mais toujours aussi consciencieux . J'ai voulu être instituteur parce que j'aimais l'école , et une fois devenu instituteur , j'ai fait cause commune et quotidienne avec l'école . Mais les années passées avaient permis d'éveiller une conscience que l'on pourra qualifier de "politique" . Celle d'une Ecole (la majuscule n'est pas fortuite) de tous , pour tous ,  l'école où l'élève d'un jour pouvait plus tard devenir enseignant .L'école obligatoire pour les enfants , parce qu'à leur âge leur place n'est pas sur un chantier , l'école gratuite parce qu'il est du devoir de la puissance publique de donner sa chance à chacun .

L'école laïque respectée par tout un chacun parce que respectable .

 

Les citations présentées ici serviront de support à une réflexion sur l'école . Elle seront anonymes car il est souhaitable de s'intéresser  avant tout au contenu, tout en notant que leurs auteurs , célèbres ou parfaits inconnus, sont dignes du plus grand respect . Nous apporterons  parfois , quand l'inspiration voudra bien nous accompagner un peut peu, un  commentaire personnel.

"Enseigner c'est répéter."

La parole constamment recommencée du maître est l'essence de l'acte pédagogique . Elle doit aussi savoir , souvent , s'abstenir et permettre , et solliciter la participation de l'élève dans l'aventure (mot tout indiqué) humaine de la vie d'une salle de classe . Elle est toujours présente pour corriger , préciser , interpeller, contenir ,susciter , relancer , proposer ... Et l'élève , à sa place et dans son rôle, agit de même apportant son concours à l'ensemble de la classe. C'est ainsi que l'on répète pour mieux enseigner , pour mieux retenir , pour mieux apprendre.





"Le jeu est la messe du peuple enfant"

"On peut rendre un enfant heureux avec un bâton de craie et un morceau de tableau"


"Mais n'oublie pas que le plus important c'est l'école"

Ce rappel apparemment bien banal (la banalité recèle bien souvent la réalité et la vérité ) aurait pu être simplement l'apanage d'un adulte soucieux du devenir d'un de ses enfants ou petits-enfants. Cette réflexion émanait d'un footballeur professionnel à qui un élève de C.E.2 avait écrit pour lui exprimer , à la fois , son admiration personnelle et sa passion pour le sport concerné .

Je n'ai pas lu l'ensemble de la réponse du footballeur . Mais cette dernière phrase, sous forme de conseil avisé, porte en elle des considérations bien rassurantes et presque réconfortantes . Elle exprime la pensée , voire le souci, d'un adulte s'adressant à un enfant , ledit adulte exerçant  une profession fort  particulière bien éloignée des réalités du quotidien de la plupart d'entre nous . Et , c'est , précisément ,cette particularité qui lui donne tout son sens et toute sa valeur . Et l'Ecole est au centre de tout cela ...

"A part faire la classe , tu ne sais rien faire"

C'est ce que me disait ma maman quand elle était passablement irritée par mon attitude ou mon inertie de l'instant . Je lui répondais humblement que j'apprenais "à lire , à écrire et à compter à des enfants et que cela n'était pas si mal" ... C'est un lieu commun de dire que ce fut pendant près de trente années une tâche exaltante , requérant travail ininterrompu et humilité continue , mais ce fut aussi un lieu de polyvalence  alliant , par exemple, poésie et géométrie , mélangeant contes et comptes , associant chose écrite et verbe , rapprochant sport et arts... "Faire la classe" c'est devoir faire et par conséquent apprendre à  savoir faire maintes choses ...

"La France est la fille aînée de l'école publique et de la Sécurité Sociale"

Jules Ferry et Ambroise Croizat ont par leur action respective ,à des moments divers  , avec leurs convictions propres , imprimer leur marque à l'histoire contemporaine de la France . L'oeuvre émancipatrice de Jules Ferry est une révolution ambitionnant d'instruire, gratuitement , en se fondant sur la raison, les enfants jusqu'alors dévolus à un implacable monde du travail.

Ambroise Croizat en créant la Sécurité Sociale , après le cataclysme de la seconde guerre mondiale ,a permis à des millions de gens de connaître  concrètement une vie meilleure ...

Pouvoir s'instruire , pouvoir se soigner pour vivre dans un monde plus humain...